Dans la panoplie du canari casqué, vous trouverez, forcément… un casque! En effet, si le casque de vélo n’est pas obligatoire dans notre pays, il représente un plus indéniable pour votre sécurité. Voici quelques conseils pour bien choisir votre futur accessoire.

1°) Qu’importe la forme, pourvu qu’il vous protège

L’esthétique est avant tout une question personnelle. Que vous preniez un casque « classique », un casque « City », un casque « BMX » ou même que vous optiez pour l’intégral (si ça, ça existe pour les vélos), l’important est de vous protéger! Les casques actuels offrent un niveau de protection identique, même si le casque BMX (appelé aussi casque « bol ») protège un peu mieux l’arrière de la tête. Qui, vous en conviendrez, n’est généralement pas la partie la plus exposée en cas d’accident.

Notez qu’il existe aussi certains modèles conçus spécialement pour les conducteurs de Speed Pedelec, pour lesquels le port du casque est d’ailleurs obligatoire. En effet, ces vélos électriques rapides peuvent atteindre une vitesse maximale de 45 km/h d’après le Code de la Route. Or, les casques cyclistes traditionnels protègent beaucoup moins bien au-delà de 30 km/h. Rien ne vous oblige, en théorie, à acquérir un modèle spécialement adapté aux Speed Pedelec, mais autant le savoir!

2°) Verifiez l’âge et le respect de la norme européenne

Votre casque doit en principe respecter la norme européenne EN-1078 (ou 1080 pour les enfants). Cette norme garantit le respect de standards de fabrication et, plus importants, la réussite d’une série de tests de sécurité: résistance aux impacts, système de rétention, capacité d’absorption… La norme figure en principe sur une étiquette que vous trouverez dans la doublure du casque ou attaché à la sangle.

Regardez aussi la date de production: un casque de plus de 5 ans perd ses qualités de protection. Evitez donc aussi de reprendre votre vieux casque ui prenait la poussière dans un coin du garage, ou le « tiens, voilà mon vieux casque » généreux d’un proche bien intentionné.

Enfin, n’oubliez pas un principe capital: un casque qui a déjà amorti un choc ne vous protègera plus! Remplacez donc votre fidèle compagnon si jamais il

3°) Choisissez un casque à votre taille

Ce conseil peut sembler superflu, mais on n’est jamais trop prudent 🙂
Assurez-vous que le casque épouse bien la forme de votre crâne. Certains modèles sont équipés d’une molette de réglage qui permet de l’ajuster plus précisément. Vérifiez aussi que le système de sangle vous convient et ne constitue pas une gêne excessive.

Et à propos de sangle: n’oubliez pas de l’attacher au moment de prendre la route. Si votre casque n’est pas solidement fixé à votre tête, il s’envolera au moindre choc et ne vous protégera donc plus au moment où votre tête entrera en contact avec un obstacle.

4°) Privilégiez le confort, la facilité et l’esthétique

Si vous achetez un casque laid, inconfortable et difficile à attacher, il y a peu de chances que vous le mettiez à chaque fois que vous prendrez la route! Et c’est encore plus vrai pour les enfants et les adolescents, pour qui l’apparence – et l’aspect pratique – comptent énormément!

Prenez donc le temps de choisir un modèle qui vous plaît vraiment.

5°) Choisissez une couleur « flash »

Protéger votre tête, c’est bien. En profiter pour vous rendre plus visible sur la route, c’est encore mieux. Privilégiez les couleurs vives ou, mieux encore, les couleurs fluorescentes et les bandes réfléchissantes. Certains modèles incluent même de petits leds rouges à l’arrière, voire une deuxième série de leds blancs à l’avant. Vivent les canaris, surtout s’ils sont lumineux!

Envie d’en savoir plus? L’ASBL Pro-Vélo a publié un guide d’achat du casque de vélo très complet et très pédagogique.

No comment yet, add your voice below!


Add a Comment

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *